Total Pageviews

Monday, 9 March 2015

Joy Division - The Eternal

Ian Curtis





































2 comments:

  1. L'eternal par Bernard Sumner, Ian Curtis, Peter Hook, Stephen Morris
    Procession moves on, the shouting is over,
    La procession avance, les cris sont terminés,
    Praise to the glory of loved ones now gone.
    Louanges à la gloire de ces êtres chers qui sont partis.
    Talking aloud as they sit round their tables,
    Ils parlent fort alors qu'ils sont assis autour de leurs tables,
    Scattering flowers washed down by the rain.
    Et dispersent les fleurs emportées par la pluie.
    Stood by the gate at the foot of the garden,
    Je suis resté près du portail au bout du jardin,
    Watching them pass like clouds in the sky,
    A les regarder passer comme passent les nuages dans le ciel,
    Try to cry out in the heat of the moment,
    Je tente de crier dans la chaleur du moment,
    Possessed by a fury that burns from inside.
    Possédé par une fureur qui me brûle de l'intérieur.
    Cry like a child, though these years make me older,
    Je pleure comme un enfant, bien que ces années me font vieillir,
    With children my time is so wastefully spent,
    Avec les enfants, je perds mon temps,
    A burden to keep, though their inner communion,
    Un fardeau à supporter, bien que leur communion interne,
    Accept like a curse an unlucky deal.
    Accepte comme une malédiction ce funeste marché.
    Played by the gate at the foot of the garden,
    Trompée, près du portail au bout du jardin,
    My view stretches out from the fence to the wall,
    Ma vue s'étend de la barrière jusqu'au mur,
    No words could explain, no actions determine,
    Aucun mot ne pourrait expliquer, aucune action ne pourrait déterminer,
    Just watching the trees and the leaves as they fall.
    Simplement regarder les arbres et les feuilles tomber.
    Music by Joy Division. Visualisation and editing by Napoleon Bonaparte.

    ReplyDelete
  2. Le nom Joy Division est la traduction littérale de l'expression allemande Freudenabteilung. Le terme de divisions de la joie désignait une partie des camps de concentration organisant l'exploitation sexuelle de détenues par l'armée allemande. Ian Curtis choisit ce titre après la lecture du roman The House of Dolls de Yehiel De-Nur. L’ambiguïté de ce nom vaudra au groupe une suspicion de sympathie pour le nazisme. Plusieurs autres éléments alimentèrent cette idée. Leur nom précédent, Warsaw, utilisé un temps durant l'année 1977, est le nom anglais de Varsovie, la capitale polonaise, où se trouvait pendant la Seconde Guerre mondiale le plus grand ghetto juif d'Europe. La pochette de An Ideal for Living, le premier EP de Joy Division sorti en juin 1978, reproduit une affiche des Jeunesses hitlériennes, montrant un jeune aryen frappant sur un tambour avec les lettres de Joy Division imprimées en caractères gothiques. La pochette intérieure montre une photo du ghetto de Varsovie et l'introduction de la chanson Warsaw énumère le numéro matricule de Rudolf Hess (31G-350125) - numéro deux du troisième Reich.

    Cette suspicion du groupe flirtant avec des idées nazies sera entretenue par le nom de groupe tout aussi ambigu que les musiciens choisiront après la mort de Curtis, « New Order ». Le terme New Order (Ordre nouveau) désigne depuis les années 1930 des officines et des groupuscules d'extrême-droite et fascistes. Néanmoins le groupe a toujours affirmé ne pas être nazi. https://fr.wikipedia.org/wiki/Joy_Division

    ReplyDelete